Découvrir le Moyen-Atlas

Découvrir le Moyen-Atlas

fav4 Le Moyen-Atlas: Généralités:

Le Moyen-Atlas est une vaste région s’étirant sur 300 km du sud-ouest au nord-est entre les chaînes montagneuses du Haut-Atlas au sud et du Rif au nord .

Montagnes,  plaines d’altitudes arides, pâturages d’altitude, forêts de cèdres au sous-bois gazonneux et pivoines sauvages, collines à chênes-verts,  formations géologiques surprenantes, oasis de montagne, lacs, cascades s’offrent à vos yeux.

C’ est une région attrayante où concourent le climat, le relief, la géologie, la géomorphologie, la couverture végétale et un milieu socioculturel unique.

Le Moyen-Atlas culmine à plus de 3200 m au sud de Fès.
Ce patrimoine montagneux est une chance pour la biodiversité marocaine qui bénéficie d’une grande variété de climats et de conditions particulières ayant donné naissance à de nombreuses variétés endémiques.
Ces massifs offrent des paysages figurants parmi les plus beaux du monde, mais ils sont très fragiles et soumis à rude épreuve par la nature et par l’homme.

Le Moyen-Atlas abrite deux parcs nationaux, le Parc National d’Ifrane et le Parc National de Tazekka qui comptent parmi les plus belles forêts de cèdres du Maroc.

Le Moyen-Atlas, château d’eau du Maroc par excellence, est la montagne nord-africaine la plus riche en zones humides, notamment en lacs naturels, en rivières et sources fraîches. Ces écosystèmes limniques remplissent des fonctions hydrologiques, socio-économiques et écologiques précieuses à l’échelle du pays, alors que leur biodiversité et leur originalité leur confèrent un intérêt mondial, conformément aux critères de la convention de Ramsar relative aux zones humides.

La faune:
Le lion de l’Atlas et les éléphants ont aujourd’hui disparu. Chacals et lynx hantent encore la campagne. Dans les dense forêts de cèdres centenaires s’ébattent des troupes de macaques de Barbarie.
Ce sont les oiseaux que vous aurez le plus souvent l’occasion d’observer : canards sauvages, hirondelles, ci4gognes pour les migrateurs, et perdrix, fauvettes, faisans, cailles, ibis et merles bleus.  Depuis l’observatoire du lac Afenourir vous pourrez guetter  oiseaux migrateurs, aquatiques ou limicoles.

fav4 Le pays amazigh

Le Moyen Atlas abrite une multitude de villages pittoresques aux traditions ancestrales. Les villageois, à majorité berbère (amazighs), ont su conserver toute leur authenticité en préservant les formes traditionnelles de l’organisation sociale.
La dureté de la géographie (montagnes et plateaux désertiques) et du climat (froid et sécheresse) façonne leur imaginaire et conditionne leur comportement.
La culture berbère a été pendant des siècles une culture d’oralité qui contribua à la sauvegarde de la langue: le Tamazight. La poésie abondante et riche, les danses harmonieuses, l’architecture, la cuisine, les costumes traditionnels, les techniques agricoles et d’élevage sont autant d’éléments qui traduisent l’attachement à la culture.

Leur histoire est faite d’une suite de combats menés avec acharnement contre les différentes invasions pour sauvegarder leur indépendance. Cependant, l’arabisation des populations autochtones, depuis déjà un demi-siècle et le développement de l’urbanisation sont de réelles menaces pour l’identité amazighe.

Depuis 2011, la nouvelle constitution marocaine officialise la langue amazighe et depuis 2001 sous l’impulsion de Mohamed VI, un institut royal de la culture amazighe a vu le jour. Les Berbères du Maroc voient peu à peu reconnu leurs spécificités tant de langue que de culture.

Pour en savoir plus:
http://www.jardinmajorelle.com/introduction-a-la-culture-berbere/
http://www.espace-maroc.com/magazine/1-188-histoire-culture-art-de-vivre-amazigh-berbere-maroc.html
http://www.lavieeco.com/news/politique/amazigh-le-maroc-se-reconcilie-avec-une-composante-de-son-identite-30715.html

A voir:

fav4 51967080Autour de Boulemane:

Les falaises, les cascades, les forêts et les montagnes.
La région offre également de nombreux ruisseaux qui ont creusé des vallées pittoresques, un site paléontologique qui révèle le passage de dinosaures dans la région, et les carrières de Ghassoul, gisement le plus important au niveau mondial (carrière de Tamdelt).

Un palette de possibilités pour les visiteurs qui peuvent aussi découvrir les grottes de Laghouirates situées sur les rives de l’oued de Moulouya (Afritissa) et de Boufounane, ainsi que les sources Skhounates à 13 km d’Immouzer Marmoucha, Aïn Jerf Elhamame à proximité d’Outate El Haj, Aïn Atia dans la commune de Serghina, Aïn Bougharda dans la commune de Tindint et Moulay Yaâcoub à Ben Sehl Batkour.

logomaroclogomaroc Les souks: le dimanche à Almis du Guigou, le samedi à Boulemane, le vendredi à Timahdite…

logomaroclogomaroc Artisanat: Fabrique de tapis traditionnels (hambel) à la coopérative artisanale de femmes d’Aït Hamza.

logomaroclogomaroc Activités culturelles Amazight

logomaroclogomaroc Festival Adrare – Début août à Boulemane: musiques et danses (haïddous) avec la participation de groupes de tout le Maroc.

logomaroclogomaroc taferdouste alain choquetKasbah de Taferdouste: Village bateau: De l’avis général, c’est un site magnifique qui mérite le détour!

logomaroclogomaroc tichouckt2Le Djbel Tchouckt:
Ksar Ou Kadda – Ksar des Ait Ben Moussa – Ksar des Ait Ben Moussa – Les cèdres – Le village bateau de Taferdoust

logomaroclogomaroc Skoura:

logomaroclogomaroc L’Aragonite est une espèce minérale de la famille des carbonates. C’est un minéral qu’on trouve en abondance à « Ain dem », l’un des douars de la commune rurale de Tazouta.

logomaroclogomaroc Imouzzer Marmoucha est située à 1 713 m d’altitude, à l’extrémité du Moyen Atlas, du côté de Taza . La région est connue pour ses paysages, ses immenses forêts, ses montagnes de moyenne et de haute altitude. La complexité du relief fait qu’Immouzer Marmoucha est devenue une zone de prédilection pour les randonneurs et les amoureux de la montagne.
À quelques kilomètres d’Immouzer Marmoucha se dresse le mont Bou Iblane, deuxième plus haut sommet du Moyen Atlas, véritable rempart d’une beauté exceptionnelle, où on trouvait jadis des neiges permanentes.
La région d’Almis-Marmoucha est connue par l’existence des traces du prestigieux dinosaure Iguanodon qui s’étalent sur une distance de 5 hectares de marches, dans la vallée dite « des dinosaures ». Ce décor magique, d’une rareté unique, rappelle qu’il y a 150 millions d’années les dinosaures vivaient dans cette contrée du monde. Ce site est situé à 12 kilomètres du village Sarghina (douar Taghzoute El Mers).
Le site d’Mesklate – Aït Bazza, à 6 km d’Imouzzer Marmoucha, comporte de nombreux restes d’ossements de plusieurs variétés de dinosaures qui ont été découverts à plusieurs endroits.

logomaroclogomarocLe jbel Bouiblane est un sommet du Moyen Atlas culminant à 3 192 mètres
La zone du jbel Bouiblanela représente un atout écologique et touristique par la variété des paysages comme la vallée de Tmourghout, l’oued Elbared connu pour la pêche à la truite et sa grotte source Ighaz[pas clair], le jbel Adrar Ouboumlal (la cédraie de Tamtroucht) et sa vue panoramique sur la plaine d’Oued Moulouya, la guelta Tamda (lac naturel), le complexe touristique de la commune de Bouiblane (station de ski non ouverte), le refuge de Taffert et sa cédraie.

logomaroclogomarocvillage Berbère de Taghrout et de l’impressionnante source Ain Sebou
Depuis Sefrou il est possible de rejoindre le village de Taghrout. La population de Taghrout est surtout versée dans la culture D’oliviers. en longeant les cultures derrière le Village nous nous retrouvons face à un panorama, avec vue sur la plaine, et au loin les monts enneigés du Bouyblane… Magnifique
La fameuse source Ain Sebou et ses gorges (connues et référencées par les guides de poches, mais encore jamais proposées à l’excursion dans la pratique… ). Ain Sebou est une impressionnante source, pouvant atteindre les 100 mètres, et qui conserve encore ses mystères : Lorsque des déchets atteignent cette source, ces derniers sont systématiquement « recrachés » vers l’extérieur, et les eaux d’un bleu turquoise et pur ne se mêlent jamais aux autres eaux boueuses…

logomaroclogomaroc missourMissour: Missour et une ville implantée dans un désert de pierres. Le grand marché (souk) a lieu le mercredi sur la place du marché.
Moussen avec fantasia en été – Outat El Hadj

logomaroclogomaroc la réserve biologique d’Enjil

logomaroclogomaroc Oasis de monatgne

logomaroclogomaroc Azrou est une petite bourgade située à 1 200 m d’altitude qui doit son nom à un piton rocheux (azrou signifie « rocher »). Bordée d’une belle forêt de cèdres (peuplée de singes) et dotée d’une petite médina authentique.
Après 10 min de marche depuis le parking, vous pourrez découvrir les sources de l’oued Oum-er-Rbia, une des plus spectaculaires résurgences du système hydraulique souterrain de la région : 40 sources d’eau douce et 7 d’eau salée dont la plus grande se déverse en cascade.

logomaroclogomaroc Bin-el-Ouidane est un lac de 3 735 hectares dont la couleur de l’eau est digne d’une carte postale. Ce barrage ambitieux, le plus grand du Maroc (achevé en 1955), a permis de développer notablement les cultures de la région et fournit aussi en énergie une grande partie du centre du pays.

logomaroclogomaroc Bzou est une petite ville située au pied du Moyen Atlas, à 500 m d’altitude environ.

logomaroclogomaroc Midelt est perchée à 1 488 m, au pied du djebel Ayachi (3 737 m) qui est le point culminant du Grand Atlas oriental. Cette ville peut être considérée comme une base pour partir à la découverte de la région très riche d’un point de vue géologique. Les amateurs de minéraux seront enchantés : azurite, malachite, aragonite, calcédoine et bien d’autres encore…

fav4 Lacs

logomaroc Lac Aguelman Sidi Ali : Ancien cratère volcanique à 56 km d’Azrou vers Midelt
logomarocLac Aguelmam Azegza : Doline à 90 km d’Azrou vers khénifra.

logomarocLac Tifounassine: Doline à 42 km d’azrou vers Midelt
logomaroc Les lacs : Dayet hachlaf, Dayet Aoua, Dayet Iffer, Dayet Ifrah  » circuit des lac région Ifrane Imouzzer de Kandar
logomaroc Lac Afenourir à 30 km d’Azrou vers Ain leuh  » zone humide » convention Ramsar
logomaroc Lac Ifrah. Un des plus grands lacs du Moyen Atlas, d’une superficie de 117 ha et d’une profondeur de
12 m. À 1 400 m d’altitude, le lac abrite 1 500 oiseaux en hivernage et est situé à 20 km d’Ifrane sur la route de Michlifen.
logomaroc Lac Hachlaf. Plan d’eau fréquenté par les amateurs de truite. Lac d’une superficie de 15 ha, situé à 16
km d’Ifrane sur la route de Michlifen. Fait partie du circuit touristique des Lacs.
logomaroc Lac Ouiouane. Ce lac d’origine semi-artificielle est alimenté par des sources avoisinantes. D’une
superficie de 20 ha et situé à 1 600 m d’altitude, sa végétation aquatique émergée est composée de renoncules et de myriophoylles. Parmi la faune, on retrouve des gammares, nèpes, lombrics, crabes, grenouilles vertes, petits gastéropodes, oiseaux migrateurs ainsi que des poissons (brochet, perche, carpe, sandre, gardon). En termes de géologie, on y trouve de l’argile et du calcaire. Principale étape du circuit touristique allant de la forêt Shed Azrou vers Aguelmam Azegza. À 34 km de M’rirt sur la route d’Aïn Leuh.

logomaroc  Lacs autour d’Ifrane
logomaroc Ain Tragrague : Les cascades d’Ain Tragrague sont quatre cascades situées dans le Moyen Atlas, dans la région des Ait Youssi.
Depuis ce massif rocheux calcaire se jettent quatre impressionnantes cascades qui alimentent un vaste système d’irrigation traditionnel. Dans ces jardins se pratique la Culture de l’olivier, du Caroubier, du grenadier et du figuier. L’eau est partagée entre les villages des Ait Faska, Ait Brahim et Ait Talb, qui élisent communément un responsable pour l’eau (en berbère « Amghar Waman ») dont le rôle est d’assurer la répartition équitable de l’eau entre les cultures.
En montant vers le massif l’on découvre nombre de cavernes qui servent encore de nos jours d’abris aux pâtres de la région. Non loin de là se trouvent des strates fossilisées, en guise de témoignage d’un lointain passé, ainsi que des ruines qui nous paraissent surgir du milieu des rochers.
Une fois arrivé sur le plateau, il nous est offert une vue sur la vallée, ses villages et ses cultures ; Sefrou nous apparait alors au loin, et l’on distingue jusqu’à la Ville de Fès. Ici même sur ce plateau se situe le lac d’Ain Tragrague à partir duquel se forment les quatre cascades du même nom.

fav4 Dans la région d’Ifrane:

logomarocIfrane:

Station de montagne, Ifrane est devenue après un haut lieu des sports d’hiver. Avec ses nombreux chalets aux toits couverts de tuiles rouges construits par les Français, cette cité est située à 1650 m d’altitude. Chacune de ses villas porte en elle des caractéristiques : des toitures, à tuiles rouges, que certains avancent certaines hypothèses, notamment celles qui concernent leurs pentes. En effet, ces dernières varient de l’angle obtus à l’angle aigü en passant par l’angle droit. Ces inclinaisons rappellent ainsi l’évolution de l’architecture des constructions en France du Sud au Nord, autrement dit de la Côte d’Azur à la Manche.
Le visiteur peut même remarquer l’existence de façades typiquement normandes ou bretonnes, voire alsaciennes. Par un sentiment de nostalgie, chaque Français voulait ainsi transposer le mode d’habitation de son pays d’origine et mémoriser par la même occasion son passage. Un Français qui a vécu à Ifrane de 1936 à 1992 confiait «à propos de l’évolution du tissu urbain de cette cité, qu’en fait les décideurs de l’époque voulaient faire cette une ville où le Français ne se sentira à aucun moment dépaysé».

logomarocLe parc régional d’Ifrane

logomarocLES SITES D’INTERET TOURISTIQUES

logomaroclogomarocSOURCES & CASCADES

– Source Vittel ( appelée aussi « cascade de la vièrge ») : à 3km d’Ifrane, c’est un parc idéal pour la détente et les pique-niques.
– Source Ras El Ma : à 5 Km d’Ifrane sur la route reliant Ifrane à Azrou , centre de vacances et d’estivage des plus fréquentés. Dans ce site se trouve les bassins du Centre National de la Pisciculture et d’élevage des alvins de truites de l’Atlas.
Cascades du Refuge : à 7 km d’Ifrane ,c’est un parc idéal pour la détente et les pique-niques.
– Les cascades de la Zaouiat Oued Ifrane : site classé, situé à 70Km d’Ifrane et 53 Km d’Azrou, offrant une vue féerique , surtout au moment du lâcher des eaux.

logomaroclogomarocOUEDS, LACS & PLANS D’EAU

– Lac Dayet Aoua : à 17 Km d’Ifrane constituant également un site de pique-nique apprécié .
Lac d’Afenourir : à 26 Km d’Azrou ,zone humide classée dans le cadre de la convention de RAMSAR pour la protection des oiseaux migrateurs .
– Lac Dayet Ifrah : un des plus grands lacs du Moyen Atlas, alimenté surtout par la nappe et la fonte de neige.
– Oued Tizguite – Val d’Ifrane : site paradisiaque le plus fréquenté de tous, attire les estivants par dizaine de milliers.
– Plan d’eau Zerrouka I : site apprécié des pêcheurs sportifs (à 1 km d’Ifrane).
– Plan d’eau d’Ain Mersa : pièce d’eau aux alentours immédiats de la ville d’Ifrane (7 km).
– Plans d’eau d’Amghass : situé à 26 km d’Azrou, deux parmi le chapelet de plans d’eau aménagés sur cet oued, pour le plaisir des pêcheurs de salmonidés .

logomaroc  PAYSAGES & VUES PANORAMIQUES

logomaroclogomaroc Balcon de Tigrigra ou Belvédère d’ITTO : situé sur la route reliant El Hajeb à Azrou (15 Km), ce paysage offre une vue splendide sur la plaine de Tigrigra.
logomaroclogomaroc Le Panorama de Tizi N’tghaten : à 10 km d’Ifrane et à 1934m d’altitude, offre une superbe vue sur la vallée de Tizguit.
logomaroclogomaroc Paysage d’Ajaâbou : dominant la localité d’Ain Leuh (à 2km), centre d’estivage des plus fréquentés.
logomaroclogomaroc Tizi Oughmari : sur la route reliant Ifrane à Azrou ( 9 Km ), offre une vue panoramique sur les reliefs avoisinant.
logomaroclogomaroc Kharzouza : à 8 km d’Azrou , site de vacances à vue panoramique, remarquable par ses forêts, son relief et ses falaises

logomaroc AUTRES SITES NATURELS

logomaroclogomarocCèdre Gouraud : à 15 km d’Ifrane, spécimen de cèdre remarquable. Il est le plus vieux de la race cèdrus atlantica de par le monde. Cet arbre de plus de 9 siècles à une hauteur de 42m et une circonférence à la base de 9m. Dans ce site, les touristes ont la chance de rencontrer des singes.
logomaroclogomaroc Michlifen : à 17 Km d’Ifrane, à 2000 m d’altitude en pleine forêt de cèdre . Il abrite la station de ski la plus fréquentée du Moyen atlas. Le site est caractérisé par une inversion de températures : les températures plus froides sont enregistrées au fond de la cuvette (minimum absolu – 30° ).
logomaroclogomarocVallée des Roches :à 5Km de la ville d’Ifrane sur la route de Michlifen , appelée communément les roches des chauves souris vu l’existence de grottes habitées par ce type d’animaux. Ce site naturel est remarquable par ses rochers calcaires façonnés par l’érosion.

fav4 Autour de Fès

logomaroc Fès:

Jouant son rôle de capitale spirituelle, Fès fût le berceau intellectuel et religieux du Royaume. Lorsqu’on descend de la ville nouvelle vers la médina, c’est un véritable voyage dans le temps que l’on fait qui nous ramène au coeur de l’époque médiévale.
Première capitale du Royaume en 808 avec Idriss II, puis deux fois encore, au XIIIème siècle avec les Mérinides et au XIXème siècle sous le règne de Moulay Abdallah, Fès, centre spirituel et culturel du Maroc traditionnel, se veut une ville aux multiples facettes, unique par sa splendeur et grandiose par son passé. Fondée en 808 par Idriss II, fils de Idriss Ier (premier sultan du Maroc), l’histoire de Fès se découpe en trois périodes : la partie la plus ancienne « Fès El Bali » sous Idriss II au début du IX ème siècle, « Fès El Jadid » au XIIIème siècle et la ville moderne dite « ville Nouvelle » à partir du XIXème siècle, notamment pendant le Protectorat Français ( 1912) et jusqu’à nos jours. Ville d’accueil, Fès accueillit huit cents familles musulmanes réfugiées d’Andalousie (Espagne) sur la rive droite de son oued, tandis que les exilés originaires de Kairouan s’installèrent sur la rive gauche. Aux Kérouanais, on doit l’imposante et splendide mosquée Qaraouiyyine, au scintillant toit de tuiles émeraudes. Centre d’enseignement le plus ancien du monde, avant même Oxford et la Sorbonne, la mosquée Qaraouiyyine est, aujourd’hui encore, l’un des principaux pôles intellectuels du Maghreb. Située au carrefour du négoce de la rive Sud de la Méditerranée, Fès était le passage obligé pour relier les villes marchandes de l’époque comme Sebta, Salé, Tlemcen et Sijilmassa. Ce furent donc les nombreux échanges commerciaux avec le reste du monde musulman, notamment Cordoue et Kairouan qui ont donné à Fès cette vocation de grande cité économique et commerciale. Déclarée en 1976 par l’UNESCO, patrimoine Universel, la cité médiévale fait désormais l’objet de toutes les attentions et des effort particuliers de nombreux urbanistes, pouvoirs publics et associations afin de restaurer et réhabiliter ses vestiges et préserver son caractère authentique et unique. C’est dans ce but qu’a été créée en 1989 l’agence de Dédensitification et de la Réalisation de Fès (ADER) afin que soient mis en oeuvre de grands programmes concernant la restauration des monuments, le transfert à l’extérieur de la Médina des activités polluantes … Une riche contribution de mécénat a permis de restaurer un certain nombre de monuments. Le gouvernement du Japon et des organismes financiers tels que la Banque Mondiale et le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES), et le gouvernement Italien ont manifesté tout leur soutien et on apporté une aide précieuse à la réalisation de ce projet.

logomaroclogomarocLa médina
La médina est tout entière classée au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Promenade dans ses souks et ses ruelles, immuables depuis le Moyen Âge.
La découverte de l’une des plus grandes médinas du Maroc commence traditionnellement par la porte Bab Boujloud. Avec ses bois de cèdre et ses stucs sculptés, son décor de marbre et d’onyx, la vaste medersa Bou Inania est le premier monument visité. En suivant la rue Talaa Kebira (Grande Montée), vous passerez notamment par la zaouïa Tijani (une zaouïa est un sanctuaire d’une confrérie religieuse), le souk des luthiers pour arriver à la mzara (lieu de pèlerinage) de l’ancien souverain Moulay Idriss : c’est sur ce banc qu’il décida de bâtir la ville. Passés les vendeurs de babouches, voici la place En-Nejjarine et le souk des ébénistes. D’ailleurs, le magnifique foundouk (caravansérail) ouvragé de cette place abrite le musée des Arts et Métiers du bois. Non loin, se trouve la kissaria (marché couvert et fermé la nuit) où bijoux et riches étoffes sont proposés. À côté, vous pourrez voir le lieu le plus visité et vénéré de Fès : la zaouïa de Moulay Idriss, fondateur de la ville.

logomaroclogomarocLe quartier des tanneurs :
La balade continue avec la place Es-Seffarine, la place des dinandiers, par laquelle vous rejoindrez le quartier des tanneurs avant de vous retrouver dans le quartier des Andalous avec sa mosquée et la medersa Es-Sahrij. La promenade s’achève à l’ancien palais Dar Batha. Son style arabo-andalou en fait aujourd’hui un musée incontournable. Consacré aux arts et traditions de Fès, l’endroit permet d’avoir une
bonne vision d’ensemble de la production d’une ville réputée pour l’habileté de ses artisans . Ce musée vivant fait galement partie des lieux où se produisent les artistes pendant le festival des Musiques sacrées du monde qui a lieu chaque année en juin. Tout près, caché derrière de hauts murs blancs, le palais Moqri abrite des trésors de raffinement architectural. Comme pour prolonger le rêve, offrez-vous une nuit dans le palais Jamaï, l’ancienne demeure d’un riche vizir aujourd’hui transformée en hôtel.

logomaroclogomarocLes medersas : La ville impériale est la capitale de la culture traditionnelle du Maroc. Berceaux du savoir, ses superbes medersas en sont le flamboyant symbole. Une medersa est une école où est enseigné le Coran et toutes les matières classiques de la connaissance : mathématiques, grammaire, histoire, astronomie, médecine… Au Maroc, et plus spécialement à Fès, la fonction de la medersa est également d’accueillir les étudiants des autres régions. Généralement, elle s’organise autour d’une cour centrale dotée d’une fontaine. Les cours sont dispensés sous les riches arcades situées sur les côtés.

logomaroclogomarocLa plus ancienne université :
La mosquée Karaouiyine est une des plus imposantes du Maroc. Elle abrite l’université considérée comme la plus ancienne au monde, fondée au milieu du IXe siècle, époque à laquelle les matières fondamentales étaient la théologie, la grammaire et le droit coranique. En face, la medersa El-Attarine est considérée comme la plus belle de la médina.

logomaroclogomarocEl-Attarine :
Les Mérinides érigèrent ce chef-d’oeuvre entre 1323 et 1325. Sa cour intérieure est magnifiquement décorée. Les murs sont couverts de sourates sculptées dans le bois ou le plâtre. La fontaine et les colonnes de marbre sont ornées de zelliges.

logomaroclogomarocBou Inania :
Construite entre 1350 et 1357, c’est la plus grande de Fès. Dès l’entrée, magnifique avec ses lourdes portes aux vantaux de bronze ouvragé, vous serez impressionné par la profusion de faïences, le raffinement des plâtres et bois sculptés et des stalactites ciselés appelés mukarnas, la signature de l’architecture mérinide. La cour, en onyx et marbre, est surmontée d’un auvent de tuiles vertes typiques de Fès.

logomaroc Bhalil, 24 km au sud de Fès au Maroc, ce village niché à flan de montagne offre avec ses maisons blanches un aspect très pittoresque. A Bhalil, les habitants ont gardé un mode de vie très traditionnel. Un grand nombre d’habitants logent encore dans des maisons troglodytes où le confort est très spartiate, la plupart des femmes lavent leur linge au lavoir situé non loin de la place centrale du village. Ces femmes croisées au lavoir ont une spécialité, c’est la fabrication des petits boutons de caftan. Préférant effectuer ce travail minutieux à la lumière du jour, elles s’installent en groupe de 3, 4 ou plus devant leur grottes. C’est ainsi que l’on peut les voir en flânant dans les rues étroites, toujours souriantes et ravies de montrer leur ouvrage aux passants.
Les boutons tisées par les femmes servent pour la confection des Djellabas, il faut souvent plus de 200 boutons pour faire une djellaba.chaque jours des milliers de boutons sont ainsi confectionnés et expédiés à dans les grandes villes Marocaines telles que Casablanca ou Agadir, beaucoup de ces boutons partent aussi vers l’Europe essentiellement les pays où les immigrés Marocains ou Arabes vivent, exemple la Belgique et la France.

logomaroc Sefrou: Sefrou est située à 28 km de Fès et 73 km de Boulemane, au pied du Moyen Atlas.
Traversée par une rivière, il existe une cascade au sein même de la ville.La ville est connue par son Festival des cerises, dit aussi Fête des cerises ou Moussem Hab Al-Moulouk, créé en 1920 et inscrit en 2012 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

logomaroclogomarocLe mausolée de sidi bouali est un des nombreux ribat (édifice religieux) que l’on trouve dans les montagnes de la région de Sefrou dans le Moyen Atlas. Ces sites sont toujours associés à une figure locale nommée chorfa, terme équivalent de « saint ». Le Chorfa joue un rôle social important dans la culture Amazigh, notamment dans les litiges inter-tribaux ou encore comme médiateur auprès des institutions du pouvoir central.
Ces Ribat ont toujours eu la réputation de posséder diverses vertus thérapeutiques ou plus généralement bénéfiques (recherche de la fertilité, éloignement de la maladie et du mauvais sort) ou encore d’apporter réussite et inspiration aux artistes lyriques, poètes et chanteurs. On les trouve situés auprès de Sources d’eau pure, également appréciées pour leurs vertus thérapeutiques.
logomaroclogomarocOued Sebou (Asif n sbou en amazigh) est un fleuve ayant une longueur de 614 km depuis sa source jusqu’à la plaine du Gharb, où il va recevoir l’Oued Beht et l’Oued R’dom au Sud, après avoir traversé les collines pré-rifaines, Il rejoint l’Atlantique près de Kénitra à Mehdia.
La source principale (Aïn sebou) se situe aux environs d’El Menzel de la région de Sefrou. L’Oued Sebou a, à son amont, les eaux de la rifaine (Oued Leben affluent de l’Oued Inaouen, lui-même affluent de Sebou et Oued Ouargha) et celles des crêtes (Oued Guigou, Oued Zlouh, Oued Mikkés), et l’Oued Inaouen qui vient de la région de Taza où il borde les régions moyennes-atlasiques et pré-rifaines

logomaroc Stations thermales de Sidi Harazem et de Moulay Yaâcoub

fav4 Autour de Mèknès

logomaroc Mecknès
Meknès est une capitale impériale attachante où il fait bon vivre. Malgré la richesse de son patrimoine historique, elle a conservé la simplicité de ses origines.

Au XVIIe siècle, le sultan alaouite Moulay Ismaïl décide de faire de Meknès l’une des plus belles et des plus puissantes cités impériales du Maroc. Aujourd’hui encore, protégée par une quarantaine de kilomètres de murailles, elle a conservé d’imposants monuments, dont de nombreuses mosquées qui lui valent le surnom de « ville aux cent minarets ». Parmi elles, la Grande Mosquée, probablement fondée au XIIe siècle, est remarquable par ses portes aux beaux auvents sculptés. Sa médina et les vestiges du palais royal ont valu à Meknès d’être classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. La ville est toujours prospère, profitant des cultures de la riche plaine du Saïs (céréales, oliviers et vignes).
Considérée comme l’une des plus belles portes du monde, Bab Mansour fut construite au début du XVIIIe siècle. Elle ouvre sur la ville impériale proprement dite, où une visite du mausolée du sultan reste une curiosité. Vous pouvez aussi méditer au bord du bassin de l’Agdal, immense réservoir rectangulaire.
Meknès possède l’une des médinas les plus courues du Maroc. La place El-Hedime, exactement située entre la vieille ville et la partie impériale de la cité, abrite le marché couvert et s’anime au crépuscule : cracheurs de feu, conteurs, montreurs d’animaux et bateleurs créent une ambiance des plus dépaysantes.
Culture traditionnelle: Le musée régional d’ethnographie, installé dans le palais Dar Jamaï, s’articule harmonieusement autour d’un superbe jardin andalou. Broderies au fil d’or, faïences et bijoux anciens donnent un aperçu exhaustif des splendeurs passées du Royaume.
À retenir: Meknès est devenue une cité impériale au XVIIe siècle. Le règne de Moulay Ismaïl a fait comparer les fastes de Meknès à ceux de Versailles.

Sites touristiques à caractère religieux:

logomaroclogomaroc Mausolée Moulay Ismaïl : édifié par Ahmed Eddahbi, ouvert aux non musulmans. Abrite le tombeau de Moulay Ismaïl.
logomaroclogomaroc Mosquée Néjjarine : mosquée du xe siècle, située au centre de la médina.
logomaroclogomaroc La grande mosquée : fondée au xie siècle par les Almoravides ; elle compte onze portes et cent-quarante-trois arcades.
logomaroclogomaroc Mosquée Jamaï Roua : construite en 1790 par Sidi Mohamed ben Abdellah.
logomaroclogomaroc Mausolée Cheikh El Kamel : édifié par Sidi Mohamed ben Abdellah, il abrite le tombeau d’El Hadi Benaïssa, fondateur de la confrérie Aïssaoua

Monuments historiques:

logomaroclogomaroc  Koubat Al Khayatine (salle des ambassadeurs) : pavillon au sein duquel le sultan Moulay Ismaïl recevait les ambassadeurs et les émissaires étrangers.
logomaroclogomaroc Bab Lakhmis : grande porte richement décorée du xviie siècle.
logomaroclogomaroc Bab Berdaïne : porte majestueuse édifiée par Moulay Ismaïl au xviie siècle.
logomaroclogomaroc Dar El Beida : palais Alaouite du xiixe siècle construit par le sultan Sidi Mohamed ben Abdellah. Aujourd’hui, il abrite l’Académie royale militaire de Meknès.
logomaroclogomaroc Fandouk El Hanna : complexe culturel. Propriété des Habous.
logomaroclogomaroc Ksar Mansour : palais et grenier. Domaine public.
logomaroclogomaroc Le Haras : créé en 1914 en tant qu’établissement de remonte militaire. En 1947, il devient un centre d’élevage chevalin.
logomaroclogomaroc Grenier et écuries : gigantesque ensemble architectural édifié par Moulay Ismaïl. Il est réservé au stockage des vivres.
logomaroclogomaroc Bassin Agdal : grand bassin d’accumulation d’eau de 319 m de long et 149 m de large, sa profondeur dépasse les deux mètres. Il est édifié par Moulay Ismaïl pour irriguer les jardins de Meknès et il constitue une réserve d’eau pour la médina.
logomaroclogomaroc Prison de Cara : la prison (silo souterrain) porte le nom de Cara, architecte et prisonnier portugais.
Les monuments historiques les plus célèbres:
logomaroclogomaroc Le palais Dar El Makhzen : situé dans la commune urbaine d’El Mechouar Stinia10. Il est longé par un couloir de 2 km formé de deux impressionnantes murailles. C’était le palais officiel de Moulay Ismaïl.
logomaroclogomaroc Bab Mansour : est l’une des plus belles œuvres de Moulay Ismaïl. Achevée en 1732. Les proportions de cette porte sont majestueuses. Par son arche, vous arrivez aux somptueuses constructions de la ville impériale. La porte Bab Mansour est la plus imposante du Maroc voire de l’Afrique du Nord11.
logomaroclogomaroc Jardin Lahboul : situé en Médina dans la commune urbaine Al Ismaïlia. Il contient un zoo et un théâtre en plein air. Le jardin pourrait être exploité en matière d’animation et de loisir.
Golf royal : situé dans l’enceinte des murailles de Moulay Ismaïl, il comprend neuf trous. Il fait partie de la commune urbaine El Mechouar Stinia. Il est aménagé en parcours de golf en 1971. Il est supposé être l’unique golf au monde qui se ferme à clé[réf. souhaitée]. Le sport peut y être pratiqué en nocturne.
Site archéologique de Volubilis : la cité éclot à partir du iiie siècle av. J.-C. en tant qu’établissement punique et se développe rapidement à partir du moment où elle entre dans le giron romain, pour atteindre une superficie de plus de quarante hectares

logomarocRuines romaines:

logomaroclogomarocVestiges de Volubilis:
À 31 km au nord de Meknès s’étend le plus vaste site archéologique romain du Maroc : Volubilis. Ancienne cité romaine, classée patrimoine universel de l’humanité par l’Unesco.

 la cité éclot à partir du iiie siècle av. J.-C. en tant qu’établissement punique et se développe rapidement à partir du moment où elle entre dans le giron romain, pour atteindre une superficie de plus de quarante hectares.

Maison d’Orphée, thermes de Gallieh, temple de Vénus, Arc de Triomphe de Caracalla et autres, capitole, maison de Bacchus, tout témoigne du faste de la cité et de son poids économique et politique. Sans oublier la délicatesse émouvante des mosaïques. Comptez un minimum de deux heures pour découvrir ce trésor à ciel ouvert.

logomaroclogomaroc À 3 km de Moulay Idriss. Vestiges de Sijilmassa : Site archéologique témoignant de l’époque de rayonnement culturel et commercial de la cité de Sijilmassa du 8ème siècle, entouré d’un énorme rempart sur un rayon de 9 km. À l’entrée de Rissani, un musée présente les trésors préservés.

logomaroc Moulay Idriss : Première cité musulmane en Afrique du Nord, Zerhoun évoque le règne de Juba II, roi de Maurétanie. Cette petite ville, aujourd’hui connue sous le nom de Moulay Idriss, est perchée à flanc de montagne et surplombe de vastes plantations d’oliviers ainsi que les ruines de Volubilis, ancienne cité romaine. Possède l’unique minaret cylindrique du Maroc. À 22 km de Meknès.